google72fe25637dc52c5d.html Daniel Léveillé | Quatuor tristesse
Capture d’écran 2018-09-12 à 12.22.54.pn

Quatuor tristesse

Sur une scène dépouillée, les danseurs s’élèvent, fiers, fragiles et lumineux comme le marbre. Les figures se succèdent, les corps nus se replient sur eux-mêmes, s’élancent les uns vers les autres. Par-delà les étreintes persistent la solitude des êtres et leur rêverie nimbée de tristesse.

En contrepoint aux lignes invisibles qu’il trace dans l’espace, Daniel Léveillé évoque ces moments en creux où le temps semble suspendu et où le spleen menace. Il en retient une douceur jusqu’alors inusitée dans son esthétique rigoureuse, minimaliste et exigeante. Quatuor à géométrie variable, cette nouvelle pièce fait parfaitement écho à celles qui l’ont précédée, donnant à voir l’œuvre d’un chorégraphe en pleine maîtrise de son langage et des danseurs au sommet de leur art. Bon génie de la mélancolie, le son voilé d’une musique d’un autre siècle accompagne les interprètes dans un spectacle où la tristesse perd sa gravité.

 

Chorégraphie Daniel Léveillé
Interprétation Mathieu Campeau, Dany Desjardins, Ellen Furey, Esther Gaudette, Justin Gionet et Simon Renaud
Musique John Dowland, Marin Marais, Luca Marenzio, Claudio Monteverdi, Josquin des Prés, Giovanni Salvatore et Giovanni Maria Trabaci
Lumières Marc Parent
Assistance à la chorégraphie Sophie Corriveau

Direction des répétitions Sophie Corriveau et Frédéric Boivin
Participation au développement de l’écriture chorégraphique Emmanuel Proulx

Production Daniel Léveillé Danse

Coproduction Festival TransAmériques
Avec le soutien de Theater im Pumpenhaus (Münster) + Atelier de Paris / CDCN 

Résidence de création Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce

À la mémoire de Martine Époque

Année de création 2018

Please reload

© Denis Farley / S Renaud, E. Gaudette, J. Gionet, M. Campeau